Phénomènes remarquables vus du ciel

Un satellite de nouvelle génération pour l'Amérique

Image du 15/12/2017 à 14h00 UTC - GOES16

Un satellite de nouvelle génération pour l'Amérique

Image du satellite GOES16, le 15/12/2017 à 14h00 UTC : le satellite géostationnaire américain GOES13 a délivré sa toute dernière image le 14 décembre à 15h30 UTC. GOES16 a pris le relais à 16h15 UTC, toujours positionné en 75° Ouest. Lancé le 19 novembre 2016, il apporte beaucoup d'améliorations par rapport à son prédécesseur : trois fois plus de canaux pour une résolution spatiale 4 fois plus fine. De plus, une image du globe entier est disponible toutes les 15 minutes au lieu d'une toutes les 3 heures auparavant (sinon seule la moitié nord était fournie toutes les 30 minutes).


Image du 14/12/2017 à 13h00 UTC
METEOSAT10

Image du satellite METEOSAT10, le 14/12/2017 à 13h00 UTC : une perturbation a rapidement circulé sur notre territoire en début de la nuit de mercredi à jeudi. Elle est suivie par une traîne très active bien visible sur cette image. En effet, de nombreux nuages convectifs s'y développent. Ils sont porteurs d'averses au caractère parfois orageux (sous forme de pluie, voire de grésil) ainsi que de violentes rafales.
Image du 13/12/2017 à 12h52 UTC
METOP-B

Image du satellite METOP-B, le 13/12/2017 à 12h52 UTC : l'accalmie qui concernait notre pays après le passage d'Ana n'était que provisoire. Une nouvelle perturbation pluvieuse aborde actuellement la Bretagne et le vent se fait déjà sentir (91 km/h à Belle-Ile). En plus de ces précipitations et des bourrasques de vent parfois violentes, des grains orageux marqués sont également attendus sur les côtes de la Manche et le Grand-Est.
Image du 11/12/2017 à 21h00 UTC
GOES15

Image du satellite GOES15, le 11/12/2017 à 21h00 UTC : l'atmosphère de notre belle planète est une véritable machine thermique dans laquelle les perturbations des moyennes latitudes répartissent l'excès de chaleur solaire accumulée le long de l'équateur. Sur l'océan Pacifique, de multiples systèmes circulent ainsi sur un un axe appelé rail des perturbations. Ici, en plein milieu d'une journée hivernale très courte, deux perturbations aux enroulements nuageux caractéristiques se succèdent. Elles laissent derrière elles une traîne bien active aux milliers de nuages convectifs de toutes tailles.