Phénomènes remarquables vus du ciel

José, Maria, et Lee !

Image du 17/09/2017 à 12h00 UTC - GOES13

José, Maria, et Lee !

Image du satellite GOES13, le 17/09/2017 à 12h00 UTC : c'est finalement la dépression tropicale n°14 qui a évolué la première en tempête tropicale, prenant donc le nom de Lee (à l'est). L'onde tropicale n°1 est devenue un peu plus tard une tempête tropicale qui a donc été nommée Maria (au centre). Lee ne menace aucune terre et ne devrait même pas atteindre le stade ouragan. En revanche, Maria va devenir un ouragan et menace directement les Petites Antilles, notamment la Guadeloupe. Le phénomène est suivit sur http://www.meteofrance.gp/. Au nord, le peu prévisible José poursuit sa route...

Image publiée par Météo-France/CMS le 17/09/2017 à 15h09 (heure de Paris)

Un oeil sur le globe

Les météorologistes du Centre de Météorologie Spatiale de Météo-France à Lannion pratiquent une surveillance quasi continue de l'ensemble de la Terre. Ces images, dites "événementielles", principalement destinées aux médias, sont le reflet de phénomènes remarquables. Ces phénomènes sont essentiellement de nature météorologique (tempête de poussière, cyclone, neige au sol, orage, etc.) mais aussi plus divers (feux de forêt, ombre portée de la lune sur la Terre lors d'une éclipse de soleil, suivi de la banquise, etc.).
Cliquez sur l'onglet "Rechercher une image" ci-contre.
Pour chaque satellite géostationnaire, voici quelques autres sources d'imagerie satellitaire.

Le saviez-vous ?

En fonction de la vitesse maximale du vent soutenu (moyenné sur une minute), les perturbations tropicales seront classées dans différentes catégories :

  • si cette vitesse est inférieure à 63 km/h, on parle de dépression tropicale ;
  • il s’agit d’une tempête tropicale quand cette vitesse se situe entre 63 et 118 km/h ; c’est à ce stade que l’on baptise le phénomène ;
  • à partir de 119 km/h, le météore peut porter différentes appellations en fonction du bassin dans lequel il se développe :
    • ouragan dans les Caraïbes
    • cyclone à la Réunion
    • typhon dans le nord-ouest de l'Océan Pacifique.

Les cyclones tropicaux peuvent s’étendre sur des centaines de kilomètres et s’accompagner de vents destructeurs, de pluies torrentielles et parfois de tornades. L’échelle de Saffir-Simpson les classe suivant cinq niveaux d'intensité correspondant à des intervalles de vitesses de vents.

Les conséquences d’un cyclone tropical et les dégâts attendus ne dépendent pas que de la vitesse du vent. D’autres facteurs tels que la vitesse de déplacement du phénomène, la durée des vents forts et le cumul des pluies au moment de l’atterrage, les brusques variations de direction et d’intensité, la structure (étendue et intensité, par exemple) du phénomène jouent aussi un rôle crucial sur l'impact de ce météore sur les populations.