Meteo-spatiale.frhttp://www.meteo-spatiale.fr/Météorologie satellitaire : images en temps quasi-réel, images événementielles, actualités© Météo-France60Météorologiefr METEO-SPATIALE.FR http://www.meteo-spatiale.fr/img/logo-meteo-spatiale.gif http://www.meteo-spatiale.fr/Sat, 28 May 2022 02:32:10 +0200Feux de brousse en Australie Météorologie - AQUAhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15510125
Le 25/05/2022 à 04h52 UTC - AQUA - Image du satellite AQUA, le 25/05/2022 à 4 h 52 UTC : zoom sur l'État appelé Territoire du Nord que borde la mer de Timor en Australie septentrionale. Dans l'hémisphère Sud c'est l'automne et le pays entre dans la saison sèche. Cela favorise les feux de forêt actuellement présents dont on voit aisément les panaches de fumée grisâtre. Certains fleuves comme la Victoria river, se jettent dans le golfe Joseph Bonaparte. Ils sont à l'origine du mélange de couleurs entre le bleu turquoise et le marron. ]]>
Wed, 25 May 2022 16:48:02 +0200
Conditions anticycloniques sur la côte est de Nouvelle Zélande Météorologie - SENTINEL2http://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15510025
Le 23/05/2022 à 22h28 UTC - SENTINEL2 - Image du satellite SENTINEL-2, le 23/05/2022 à 22 h 28 UTC : la péninsule de Banks se trouve sur la côte est de l'île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Encadrée par des estuaires, elle s'avance dans la mer en un massif montagneux au littoral découpé qui délimite les deux grandes baies de Canterbury et de Pegasus. Ses collines de forme ovale, les Port Hills, dominent la péninsule et correspondent aux restes érodés de deux stratovolcans dont les principaux cratères ont donné naissance à des ports naturels, à partir desquels les navires s'aventurent dans les eaux turquoise du Pacifique. ]]>
Tue, 24 May 2022 15:09:02 +0200
Évolution de la mer d'Aral depuis 2000 Météorologie - TERRAhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15509925
Le 23/05/2022 à 06h54 UTC - TERRA - Image du satellite TERRA, le 23/05/2022 à 6 h 54 UTC : voici quatre images prises le 23 mai depuis 22 ans, celle du jour se trouvant en bas à droite. À chaque fois, les conditions sont anticycloniques et bien ensoleillées, chose habituelle dans cette région qui connaît un climat continental sec, ce qui permet d'apprécier l'évolution de l'extension de la mer d'Aral depuis 2000. Au fil des ans, elle s'est réduite, conséquence notamment de l'affaiblissement du débit des fleuves Amou-Daria et Syr-Daria dont l'eau est utilisée massivement pour l'irrigation des champs de coton. ]]>
Mon, 23 May 2022 17:33:01 +0200
Trait de côte Météorologie - MULTISAThttp://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15509825
Le 22/05/2022 à 12h00 UTC - MULTISAT - Image du satellite MULTI-SAT, le 22/05/2022 à 12h00 UTC : Avec un anticyclone à l'ouest immédiat de l'Afrique du sud, des vents de sud-est sec en Namibie repoussent une zone nuageuse en stratocumulus du sud-est vers le nord-ouest. On peut ainsi deviner, translatée vers l'ouest, la côte du sud-est de l'Afrique en limite nuageuse, continent en voyage... ]]>
Sun, 22 May 2022 15:27:02 +0200
Fortes chaleurs dans le sud-ouest. Météorologie - METEOSAT11http://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15509725
Le 21/05/2022 à 12h00 UTC - METEOSAT11 - Image du satellite METEOSAT11, le 21/05/2022 à 12h00 UTC : Avec des conditions anticycloniques et un très bon ensoleillement, les températures se maintiennent au-dessus des moyennes de saison sur une grande partie de notre pays. La dépression située au large du Portugal (bien visible sur cette image), advecte une masse d'air exceptionnellement chaude pour la saison sur le sud-ouest de la France. Avec cet air très chaud en basses couches, les orages, localement forts, vont se développer demain après-midi entre le sud-ouest et le Massif-Central. ]]>
Sat, 21 May 2022 17:00:02 +0200
Belle journée ventée sur Saint-Pierre-et-Miquelon Météorologie - SENTINEL2http://www.meteo-spatiale.fr/src/images_evenementielles.php?id=15509625
Le 19/05/2022 à 14h50 UTC - SENTINEL2 - Image du satellite SENTINEL-2, le 19/05/2022 à 14 h 50 : pas de fortes chaleurs sur Saint-Pierre-et-Miquelon où la température maximale du jour atteint 8,4 °C, une valeur de saison. La longue île de Miquelon et sa plus petite voisine Saint-Pierre bénéficient d'un bel ensoleillement. Seul bémol, le vent d'ouest est soutenu. Il est trahi sur cette image par la présence de nuages d'ondes en lignes et par l'aspect scintillant de la mer agitée et moutonneuse. Portés par le vent, les cumulus formés sur les îles s'éparpillent jusqu'aux territoires canadiens de Terre-Neuve sur la droite de l'image. ]]>
Fri, 20 May 2022 16:09:03 +0200
Près de 60 ans de météorologie spatiale !Météorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=225
Le 11/05/2020 à 12h10 - Le 1er avril 1960, la NASA lance le tout premier satellite dédié à l’observation de la planète Terre ! Baptisé TIROS-1, ce satellite est le premier succès du programme américain «Television Infrared Observation Satellite». A cette époque, la conquête spatiale entre les deux super-puissances de la Guerre Froide bat son plein. Tout s’accélère très vite et chacun se démène pour être le premier à réussir un nouvel exploit dans la lutte pour l’espace. Pour rappel, à peine quelques années plus tôt, le 4 octobre 1957, l’ex-Union Soviétique réussit à placer en orbite Spoutnik-1, dont le célèbre "bip" marque le début de l'ère spatiale. Même si les premières tentatives des États-Unis pour observer l’atmosphère de la Terre depuis l'espace débutent au début des années 1950, il faut attendre 1959 pour que la première expérience soit un succès avec le satellite Explorer VII. Ce petit satellite a ainsi permis de recueillir de précieuses données sur l’environnement spatial de la Terre, notamment d’étudier son bilan radiatif. C’est un premier jalon qui est rapidement suivi par un programme plus ambitieux permettant d’étudier l’atmosphère terrestre en détail. C’est ainsi qu’il y a près de 60 ans, un lanceur Thor, prédécesseur des célèbres fusées Delta (qui seront en service jusqu’en 2018) décolle avec succès de la base de lancement de Cap Canaveral (Floride). A son bord, le fameux satellite TIROS-1 attend sa libération en orbite basse. Quelques heures plus tard, ce petit satellite de moins de 130 kilogrammes se retrouve ainsi en orbite héliosynchrone à près de 730 kilomètres d’altitude. Le même jour, il transmet ses première données : une image floue de bandes épaisses et d'amas de nuages au-dessus des États-Unis. Quelques jours plus tard, de nouvelles images révèlent un typhon à environ 1 600 kilomètres de l'Australie. Grâce à ses deux caméras de télévision, il permet aux météorologues d’observer pour la première fois depuis l’espace les vastes structures atmosphériques qui les préoccupent depuis des décennies. Il transmet ces informations de manière régulière en communiquant avec deux stations de commande et d'acquisition de données. Quand il est à leur portée, il décharge jusqu’à 32 images à la fois. Les images sont ensuite enregistrées sur un film 35 mm pour en faire des tirages. Malgré une courte durée de vie de 78 jours, TIROS-1 renvoie plus de 19 000 images utilisables, prouvant au monde entier l'intérêt des satellites d'observation météorologique et ouvrant la voie aux systèmes météorologiques du futur. Il sera suivi d’une dizaine de satellites TIROS expérimentaux, lancés entre 1960 et 1965 avec un taux de succès de 100%, remarquable pour l'époque.]]>
Mon, 18 May 2020 10:13:01 +0200
Goes-17 trône au-dessus de l'océan Pacifique Météorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=224
Le 20/04/2020 à 11h24 - C'est officiel : GOES-17 est maintenant opérationnel en tant que satellite GOES West de la NOAA (l'agence météorologique américaine). Ce satellite américain de nouvelle génération remplace son prédécesseur GOES-15. GOES-17 doit servir de principal satellite géostationnaire de la NOAA pour la détection et la surveillance des systèmes de tempêtes du Pacifique, du brouillard, des feux de forêt et d'autres phénomènes météorologiques qui affectent l'ouest des États-Unis, l'Amérique du Sud ainsi que le vaste océan Pacifique (notamment Hawaï). Cette dernière étape dans la mise en opérationnel de GOES-17 intervient exactement onze mois après que le satellite ait atteint son orbite géostationnaire à 36 000 kilomètres au-dessus de la Terre. Lancé le 1er mars 2018, GOES-17 est le deuxième satellite météorologique géostationnaire avancé de la NOAA ; c'est le frère jumeau de GOES-16 (également connu sous le nom de GOES East). Ensemble, les deux satellites fournissent des images visibles et infrarouges à haute résolution ainsi que des observations de la foudre sur plus de la moitié du globe - de la côte ouest de l'Afrique à la Nouvelle-Zélande, et de la proximité du cercle arctique au cercle antarctique. Malheureusement, GOES-17 rencontre quelques difficultés sur les systèmes de refroidissement de certains de ses instruments. Cela ne l'empêche pas de produire de belles images de notre planète.]]>
Mon, 20 Apr 2020 11:44:38 +0200
Lancement réussi pour Metop-C ! Météorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=223
Le 20/04/2020 à 11h18 - « Attention, décompte final : 10…9…8…7…6…5…4…3…2…unité… top décollage ». Mercredi 7 novembre, à 1 h 47 (heure de Paris), la fusée Soyouz ST-B a mis en orbite les quatre tonnes de Metop-C à partir du Centre spatial guyanais de Kourou. Après 60 minutes de vol, Metop-C est entré en contact avec la station au sol australienne de Yatharagga. Un soulagement pour nos collègues du Centre de météorologie spatiale (CMS) et de la direction de la Recherche conviés pour l'occasion au quartier général d'Eumetsat à Darmstadt. Les dernières informations provenant de l'Agence spatiale européenne indiquent que tout est nominal et que le planning des actions après décollage est respecté. La manœuvre délicate de déploiement du panneau solaire de Metop-C s'est correctement déroulée. Durant les trois premiers jours, Metop-C est dans les mains de l'ESA puis son contrôle sera transféré à Eumetsat. Metop-C est le troisième et dernier satellite du programme Eumetsat polar system (EPS). Contrairement aux deux premiers exemplaires Metop-A et Metop-B, lancés depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, respectivement le 19 octobre 2006 et le 19 septembre 2012, Metop-C a été lancé depuis le Port spatial de l'Europe en Guyane française. Il rejoint ses prédécesseurs sur l'orbite polaire héliosynchrone dite « du matin » à 817 km d'altitude (passage au nœud descendant aux environs de 9h30, heure solaire locale). Une fois déclaré opérationnel, Metop-C recueillera des informations essentielles pour les services météorologiques. Les satellites Metop fournissent des images à haute résolution spatiale, notamment sur les pôles qui sont invisibles pour les satellites géostationnaires. Leurs instruments de sondage sont capables de faire des mesures de température et d'humidité à travers toute l'épaisseur de l'atmosphère. Ce sont des données essentielles pour la prévision numérique et qui complètent les informations issues des radiosondages. Le radar embarqué permet de reconstituer des vents à 10 m au-dessus des océans, où les mesures conventionnelles sont rares. Enfin, les satellites Metop récoltent des données sur la qualité de l'air et la chimie de l'atmosphère. Avec Metop-C, la transition vers le programme futur EPS-SG (la seconde génération des satellites Metop) est assurée. EPS-SG est un programme de 6 satellites. Les instruments seront répartis sur deux plates-formes : La plate-forme A pour la mission d'imagerie et de sondage dont la charge utile comprend deux imageurs de nouvelle génération, un instrument de sondage dans les micro-ondes, Sentinel-5 pour la chimie atmosphérique et le successeur de IASI, l'interféromètre hyperspectral infrarouge ; La plate-forme B pour la mission micro-ondes (radar et imagerie) avec principalement des données d'observation de la surface des océans et des glaces de mer, des précipitations et de la phase des nuages. À noter que la charge utile des deux plates-formes comprend un instrument de sondage par radio-occultation (successeur de l'instrument GRAS actuellement en vol sur les satellites Metop) pour recueillir des données sur les couches supérieures de l'atmosphère. Le premier Metop-SG est prévu pour la fin 2022.]]>
Mon, 20 Apr 2020 11:20:00 +0200
Quand GOES-16 observe le futur satellite GOES-17 !Météorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=222
Le 02/03/2018 à 10h44 - Le satellite GOES-S a été lancé avec succès cette nuit à 22 h 02 UTC depuis Cap Canaveral en Floride. Ce satellite sera baptisé GOES-17 une fois qu'il sera opérationnel et assurera la mission GOES-Ouest par 137° de longitude ouest. Il est de la même génération que GOES-16 qui assure la mission GOES-Est depuis décembre 2017. Ce sont les données du canal M2 de résolution 500 mètres qui ont permis à GOES-16 de capturer ces images du panache provoqué par le décollage du lanceur Atlas-V embarquant GOES-S. L'exploitation de ce nouveau satellite sera menée conjointement par les équipes du CMS et de la Polynésie Française. Ces deux satellites vont permettre d'une part le développement de nouveaux produits, et d'autre part la préparation au satellite MTG (Meteosat Troisième Génération). ]]>
Fri, 02 Mar 2018 13:31:20 +0100
Première image de NOAA-20Météorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=219
Le 15/12/2017 à 13h45 - Vingt-cinq jours après son lancement (le 18 novembre), le premier satellite défilant du programme américain JPSS (Joint Polar Satellite System, fruit d'une collaboration entre la NASA et la NOAA) a délivré sa toute première image. Celle-ci est une 'true color' (vraies couleurs) issue du capteur VIIRS (Visible Infrared Imaging Radiometer Suite) analogue à celui du satellite Suomi-NPP. On y voit les importants feux de forêts qui continuent de sévir en Californie, détruisant plus de 95 000 hectares de végétation et forçant des milliers de personnes à quitter leurs habitations.]]>
Fri, 15 Dec 2017 14:14:31 +0100
GOES-16 observera les AmériquesMétéorologie - actualitéhttp://www.meteo-spatiale.fr/src/actualites.php?id=218
Le 02/06/2017 à 08h34 - La nouvelle était attendue avec impatience par les équipes du Centre de météorologie spatiale et les prévisionnistes d’Outre-Mer. Après plusieurs mois d’attente, la NOAA a annoncé jeudi 25 mai la future position du satellite GOES-R, devenu GOES-16 quand il a été déclaré « bon pour le service ». Lancé avec succès depuis la base de Cap Canaveral le samedi 19 novembre 2016, il a été placé en orbite géostationnaire à la longitude 105°W. L’incertitude planait : remplacera-t-il GOES-15 en 135°W (océan Pacifique) ou GOES-13 en 75°W (Amérique) ? C’est cette dernière option qui a été retenue. GOES-16 est progressivement déplacé vers l’est et atteindra sa position définitive en novembre. GOES-R est équipé de l'imageur ABI (Advanced Baseline Imager) qui permet d'observer la Terre dans 16 bandes spectrales différentes (contre 5 pour le satellite GOES-13 actuel), incluant deux canaux dans le visible (VIS), quatre canaux dans le proche infrarouge (NIR) et dix canaux dans l'infrarouge (IR). La résolution spatiale des images est comprise entre 500 m et 1 km pour les canaux VIS et entre 1 et 2 km pour les canaux NIR/IR. La fréquence temporelle des images est doublée, passant à 15 minutes. GOES-R est également doté de l'instrument GLM (Global Lightning Mapper) qui marque une innovation importante. Il s'agit, en effet, du premier imageur d'éclairs opérationnel sur un satellite géostationnaire. Dans un premier temps, les données seront reçues au CMS par EUMETCast (système de diffusion d’EUMETSAT) en mode dégradé puis à pleine résolution grâce à un système d’acquisition directe qui sera mis en place en 2018. Le CMS a débuté le développement des images et produits, dont bénéficieront la DIRAG et les utilisateurs de Métropole. Des jeux-tests seront mis à disposition dans les prochaines semaines. Le satellite suivant GOES-S, de même génération que GOES-16, dont le lancement est prévu au printemps 2018, sera opérationnel en position GOES-Ouest (135°W) après plusieurs mois de recette. Il couvrira alors le Pacifique central et oriental, incluant la Polynésie Française. En 2018, le CMS se préparera à ce nouveau changement. ]]>
Fri, 02 Jun 2017 10:45:27 +0200